VOYAGE • Jeune résident d’Epalinges, Noé a parcouru 1600 km à pied à travers l’île Nord de la Nouvelle Zélande. Son objectif? Récolter de l’argent pour deux associations qui luttent contre le suicide.

A seulement 19 ans, Noé a déjà réalisé de nombreux périples. Souvent à vélo, le sport qu’il privilégie. Ce jeune sportif ne bouge jamais assez. A 16 ans, il parcourait déjà, avec des amis, 600 km à vélo pour le GR5 (St-Gingolphe-Nice) et deux ans plus tard il continuait avec le GR20, la traversée de la Corse.

1600 km en 48 jours

Pour son dernier exploit, Noé a troqué son deux-roues pour ses deux pieds. Arrivé à Auckland, l’une des principales villes de la Nouvelle-Zélande, le 13 février dernier, il a d’abord rejoint, en stop, le point de départ de son parcours, le «Te Araroa», le sentier long de 3000 kilomètres qui traverse les deux îles. Pour cette première expérience dans ce pays, Noé s’est limité à l’île Nord, ce qui représente tout de même 1600 kilomètres.

Un sac de 17 kilos (poids sans eau et nourriture) au dos, c’était la première fois que Noé voyageait seul. «Les rencontres sont plus faciles quand on est seul. Et en marchant, on prend le temps de mieux apprécier le trajet, sans pour autant traîner. Les paysages de la Nouvelle-Zélande sont magnifiques et très variés, on passe par des plages, des forêts tropicales, des montagnes, des volcans… On se sent libre et cela permet de réfléchir.» Le 3 avril, il a rejoint Wellington après 48 jours de marche.

Les jeunes en difficulté

Si le futur étudiant en sciences du sport n’a pas besoin d’une motivation particulière pour partir s’échauffer les muscles, cette fois-ci il a décidé de le faire pour la bonne cause. «A la base, j’avais déjà pris mes billets d’avion et préparé mon voyage sans envisager de crowdfunding», explique-t-il. Seulement, un événement inattendu est intervenu. «Un de mes proches a tenté de se suicider. D’abord, j’ai hésité à partir, car je me suis demandé s’il ne fallait pas mieux rester auprès de lui. Puis je me suis décidé à partir et à mettre sur pied un crowdfunding pour soutenir deux associations qui supportent les jeunes avec ces problèmes.» Noé a tablé sur 1 franc par kilomètre, et a donc prévu une somme à atteindre de 1600 francs. Un montant qui reviendra entièrement aux associations Stop Suicide et Pro Juventute.

Encore en année sabbatique jusqu’à la rentrée universitaire, Noé enchaîne pour l’heure les petits boulots… sportifs bien sûr: livraisons à vélo, location de pédalo ou moniteur de ski l’hiver passé. A la prochaine occasion, il aimerait retourner en Nouvelle- Zélande pour réaliser la traversée de l’île Nord. «J’aime la randonnée, les challenges, dépasser mes limites, découvrir et explorer…» On avait bien compris!

 

Joëlle Misson

Lausanne Cités du 8 mai 2018

Publicités