FÊTE DU BLÉ ET DU PAIN • A moins de trois mois de la manifestation, zoom du côté des ateliers artistiques et de la commission du spectacle qui déploient tous leur créativité à leur manière.Si elle est avant tout dédiée aux métiers du paysan, du meunier et du boulanger, la Fête du blé et du pain n’en reste pas moins, en 2018, une manifestation artistique, notamment grâce au spectacle, intitulé «Solstices», qui se trouve au cœur de la Fête. Pour construire cette représentation, Géraldine Regamey dirige la COSPEC, la commission chargée du spectacle. Sous sa présidence, sept sous-commissions thématiques se déployent grâce à 140 bénévoles. Leur mission: permettre de donner vie à l’histoire créée il y a trois ans par l’équipe de créateurs, composée de Stefania Pinnelli, Yasmine Saegesser, Denis Correvon et David Depierraz.

Créatifs à tous points de vue
Pour Géraldine Regamey, bien qu’il ne s’agisse pas de coudre, de peindre ou de jouer la comédie, la tâche nécessite tout de même une bonne dose d’imagination, comme elle l’exprime elle-même : «A trois mois de la Fête, les choses commencent à s’imbriquer, des imprévus apparaissent. Nous devons être très créatifs afin d’anticiper certains problèmes et trouver des solutions. »

Pour créer ce spectacle, de multiples talents se croisent afin de créer les costumes, les décors et les accessoires, composer la musique qui sera en grande majorité jouée en direct, enregistrer les sons qui seront retransmis, gérer les lumières. Sans oublier les talents de comédien que doivent développer les 300 figurants, au cœur de ce conte médiéval fantastique. «C’est encore difficile pour chacun de se rendre compte du résultat final car, pour l’instant, tous les groupes travaillent encore séparément. La vision d’ensemble sera plus claire quand nous commencerons à répéter sur le site du spectacle», remarquent Yasmine Saegesser et Denis Correvon. Ce qui pourra déjà se faire dès le mois de juin.

Possible grâce aux bénévoles
Pour «Solstices», les choses ont été vues en grand, malgré un budget assez restreint de 950’000 francs (sur les 4,5 millions dévolus à la Fête). «Dans cette expérience, ce n’est pas l’argent qui nous permet véritablement de monter ce spectacle, mais tous les bénévoles qui donnent de leur temps et de leur énergie», explique Denis Correvon, reconnaissant.

L’atelier de couture turbine; chaque figurant a son propre costume – certains en ont même plusieurs – réalisé sur mesure. «C’est de la haute couture!», s’exclame Yasmine Saegesser. A côté, dans l’atelier de décors, un dragon côtoie un troll et les éléments encore séparés de la nymphe de huit mètres de haut, impossible à assembler dans l’entrepôt actuel à cause du plafond trop bas. Les échafaudages qui soutiendront les murs du village se reposent aussi à côté des planches de bois et des pots de peinture, qui magiquement, prendront vie lors des huit représentations de cet été.

Fête du blé et du pain, du 15 au 26 août 2018, Place de Court-Champ, 1040 Echallens. Billets en vente sur www.echallens2018.ch

Joëlle Misson, Lausanne Cités du 3 mai 2018

Publicités