LAUSANNE Damien Wirths, Lausannois d’origine, sera le coordinateur des quartiers de la Ville. Attendu depuis le début de la législature, en 2016, ce poste s’intègre dans une ambitieuse politique des quartiers.

Quel sera votre rôle en tant que coordinateur?

Actuellement, nous manquons d’outils pour faire remonter les préoccupations du terrain jusqu’aux autorités. Mon rôle sera de rassembler les gens, les écouter et permettre une meilleur prise en charge des projets ou des problèmes rencontrés dans les quartiers. Je serai la personne de référence pour faire le pont.

Quelle est l’importance d’une politique des quartiers ?

Ce poste incarne la modernité : le partenariat entre habitants, experts de leurs quartiers, et autorités. Il s’agit de mettre en place une politique personnalisée en fonction de chaque lieu de vie, qui n’est pas figée, mais devra au contraire bouger, selon les besoins. Il y a des réseaux prééexistants, comme les centres socioculturels, les écoles, les lieux dédiés à l’accueil de jour, les sociétés de développement ou encore les paroisses. Le but est de catalyser les réseaux qu’ils forment afin qu’ils fonctionnent comme un ensemble pour la bonne cohésion sociale du quartier.

« Ce poste incarne la modernité : le partenariat entre habitants, experts de leurs quartiers, et autorités. »

Quelles vont être les prochaines étapes ?

Le préavis actuel permet de poser les bases de la politique des quartiers de la Ville. Les suivants apporteront plus de clarté sur les besoins et la mise en œuvre de la coordination. Le but était de mettre en évidence les outils existants, et d’en mettre de nouveaux à disposition (lire encadré). Il va falloir définir et valoriser les rôles de chaque centralité de quartier, car il n’y a pas un acteur qui a le monopole de la cohésion des quartiers.

Comment allez-vous gérer la frustration des animateurs socio-culturels ?

Je comprends leur appréhension car ils ne savent pas comment tout va s’articuler. Mais ce sera le sujet des prochaines étapes : discuter avec les acteurs de l’animation socioculturelle afin de définir avec eux les besoins et leur mission. Ce sera le sujet d’un préavis séparé, car il s’agit d’un élément important et utile de la politique des quartiers.

De quoi vous réjouissez-vous ?

Je me réjouis de faciliter les échanges entre les différents acteurs. Beaucoup de choses existent donc il y a des ressources pour agir. A l’inverse, je ne m’attends pas à être accuilli naturellement comme un facilitateur. Il va falloir que je me fasse accepter dans ce rôle afin d’installer une relation de confiance.

Des finances au bénéfice des quartiers.
Dans son rapport-préavis du 22 mars, la Municipalité propose au Conseil communal de pérénniser les contrats de quartier, grâce à un montant annuel de 250’000 francs, et d’autoriser la création d’une subvention de soutien aux projets de quartier d’un montant de 103’000 francs la première année. Elle propose également d’instaurer une délégation municipale chargée de piloter la politique des quartiers.

Photo: Damien Wirths, coordinateur des quartiers de la Ville de Lausanne. ©Joëlle Misson

Joëlle Misson

Lausanne Cités du 4 avril 2018

 

Publicités