VOYAGE Un couple de jeunes Lausannois mettra le cap le mois prochain pour Singapour, à moto et sans date de retour.

Dès le 1er avril, Bonnie & Klyde fouleront le bitume de Lausanne à Singapour. Bonnie est une Triumph Bonneville de 2014. Klyde, une BMW K100RS de 1985, customisée. Sur leur dos : Amaia Uriarte, 32 ans, et Marvin Ancian, 30 ans.

Dans le garage participatif Rideshaper, à Lausanne, les motos d’Amaia et Marvin attendent le grand départ. Elles ont été patiemment préparées, alourdies de portes-bagages sur chaque flan, agrémentées de quelques ajouts pour le confort du voyage.

La moto : rêve de gosse

Ce projet – appelé Bonnie & Klyde que récemment – Amaia et Marvin l’ont en tête depuis longtemps : une envie, un jour, de s’arrêter et de partir en voyage, par exemple à l’occasion d’une année sabbatique. Au fil des années, cette idée, lancée il y a 5 ans, s’est affinée. En 2014, ces deux passionnés de voyage découvrent un nouveau hobby : la moto. Amaia s’offre celle de ses rêves, un rêve que ses parents lui interdisaient. Marvin choisit une bécane vieille de 30 ans, dans le but de la retaper à deux. Et voici comment Bonnie & Klyde se sont invitées tout naturellement au voyage.

Peut-être qu’Amaia et Marvin aussi veulent se « retaper ». « Ce voyage, c’est une sorte de thérapie, confie Amaia. La vie va très vite, c’est l’occasion de faire un point. Mais nous sommes satisfaits de notre vie actuelle, le but n’est pas de tout quitter par lassitude, mais plutôt d’enrichir notre expérience.» Exit donc le boulot – Marvin est ingénieur hydraulicien et Amaia ingénieure mécanique – et l’appartement. Le jeune couple a maintenant un statut de « globe-trotter » pour l’administration hélvétique. Ils quitteront définitivement leur appartement à la fin du mois et s’engageront sur les routes avec pour objectif de relier Singapour, sans date de retour prévue.

Atlas of education

En plus des voyages et de la moto, le couple a une autre passion : la photographie. C’est pourquoi afin de donner un fil rouge à leur voyage, ils ont mis sur pied Atlas of education. L’idée : portraitiser, au gré des rencontres et des pays, des acteurs de l’éducation « au sens large ». A titre d’exemple, leur premier sujet sera une de leur amie lausannoise : elle donne de son temps pour apprendre le vélo à d’autres, dont la majorité sont des immigrés.

Et puis, partir à dos de moto demande un minimum de précaution. Dans leurs bagages, les outils cotoieront les affaires personnelles. « Il faut être paré en cas de petit problème mécanique. Mais si nous avons une grosse panne, nous devrons nous débrouiller sur place.» Durant leur « tour de chauffe » l’année passée, qui les a mené jusqu’aux Pays Basque espagnol, ils ont eu le temps de réaliser ce dont ils avaient besoin. Ils partiront donc confiants le 1er avril. Et promis juré, ce ne sera pas un poisson.

Joëlle Misson

Leur blog : http://www.bonnieandklyde.ch

Publicités