ETAGNIERES – Du 27 au 29 octobre, le petit festival rock fête ses cinq années d’existence. Pour l’occasion, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands.

Une soirée supplémentaire le jeudi, une silent party le vendredi, une after party avec DJ le samedi, de nouveaux styles musicaux… Cette année, le festival a vu grand pour fêter dignement ses cinq ans d’existence.

Les festivaliers pourront profiter de deux concerts de plus qu’à l’accoutumée : Soviet Grass (BE) et Kadebostany (CH) le jeudi soir. Au départ, les organisateurs (l’association Les amateurs de bon son, ndlr) voulaient faire venir le groupe Gotthard pour marquer le coup. Mais la salle était trop petite pour le célèbre groupe. « Nous avons choisi Kadebostany pour varier un peu notre programmation habituelle et surtout pour leur show lumineux et graphique», note Benoît Martin, responsable de la communication.

Programmation variée

Justement, proposer plus de styles musicaux était l’un des buts de cette édition, tout en restant fidèle à la programmation rock du festival. Il y aura donc un peu de blues avec The Two, le groupe suisse qui monte, du stoner avec les belges de Wallace Vanborn (unique date en Suisse) et du cumbia psych, « savante association de cumbia et de desert rock » avec XIXA, venu tout droit d’Amérique du Sud. C’est le coup de cœur des programmateurs. « Notre but est de varier des valeurs sûres et des découvertes. La provenance des groupes importe peu, ce qui compte, c’est qu’ils soient cools en concert » poursuit Benoît Martin.

Mais toutes ces nouveautés ont un coût. Le budget total du festival s’élève cette année à 110’000 francs. « Nous avons beaucoup évolué car nous sommes partis de rien. Pour la première édition, nous avions un budget de 25’000 francs.» Pour pouvoir mener à bien cette édition, l’association, sans but lucratif, a puisé dans les réserves effectuées depuis cinq ans. « Si nous faisons du bénéfice, nous pouvons envisager de poursuivre le festival sur trois soirs durant les prochaines années.»

Avec une affluence de 500 à 600 personnes par soir depuis cinq ans, les organisateurs espèrent cette année une centaine de têtes de plus par soirée. Au moment d’écrire l’article, 200 billets étaient vendus. « C’est habituel à ce stade, nous vendons toujours la majorité des billets durant les 10 derniers jours… » Cette année encore le prix des entrées reste inchangé et modeste (20 francs pour le vendredi et 25 francs pour le samedi) Seul le jeudi voit le montant augmenter à 35 francs.

La plus grande fierté des organisateurs ? «Avoir réussi à faire fonctionner ce festival et à ce qu’il grandisse chaque année. Les gens se réjouissent toujours de la prochaine édition et c’est un beau cadeau», conclut Benoît Martin.

 

Lausanne Cités du 19 octobre 2016

Photo: Le Croc The Rock en 2015. ©Joëlle Misson

 

Publicités