Alors que le projet de mise en souterrain du LEB avance à grands pas, les commerçants souhaitent retrouver leur bus et craignent les conséquences des travaux.

PUBLIE DANS LE LAUSANNE CITES, 7 OCTOBRE 2015, PAR JOELLE MISSON

Le 6 octobre, le projet définitif du tunnel sous l’avenue d’Echallens destiné au passage du LEB était déposé à l’Office Fédéral des transports (OFT). Une bonne nouvelle pour les riverains excédés par le danger que le train leur fait courir au quotidien. Le permis de construire est espéré pour le premier trimestre 2017 et la mise en service du nouveau chemin de fer souterrain en 2020. « Tant mieux, plus vite ce sera fait, mieux ce sera. Ces accidents, c’est choquant, cela traumatise les gens », commente Ozgur Faik, patron du café Le Corner.

Pour pallier la suppression de l’arrêt St-Paul, une nouvelle halte sera mise en service dès le 7 octobre à hauteur du numéro 17 de l’avenue. Les TL mettront également en service une liaison par mini-bus entre le quartier St-Paul et le centre-ville (par le chemin de Montétan et l’avenue des Collonges) dès le 12 octobre.

Mais la priorité des commerçants, c’est le retour de «leur» arrêt de bus. Une pétition a d’ailleurs été déposée en ce sens le 8 octobre auprès du Grand conseil de la ville de Lausanne, à l’initiative de Laure Edelin-Brunner, physiothérapeute sur l’avenue d’Echallens, et de son mari Paul Brunner. Munie de 557 signatures, elle demande que l’arrêt St-Paul soit réinstallé.

Le nouvel arrêt et la nouvelle liaison ne changeront rien à la pétition. L’arrêt projeté au numéro 17 de l’avenue n’étant situé qu’à quelques dizaines de mètres de l’arrêt suivant (Boston), la démarche ne satisfait pas les pétitionnaires.

Enfin, même si les travaux occasionneront des nuisances indispensables, Laure Edelin-Brunner voit le côté positif : « C’est pour la bonne cause, l’enfouissement du LEB est idéal : il y aura moins de bruit et plus de sécurité.»

Les commerçants craignent pour leur clientèle

2 Anne Marie Gingeri

«C’est bien que ça avance, mais attendons de voir les conséquences qu’auront les travaux pour les commerçants. A la Sallaz, je connais plusieurs coiffeurs qui ont été en faillite lorsque le tunnel du m2 a été percé, parce qu’ils n’étaient plus accessibles»

Anne-Marie Gingeri, salon Angel’s coiffure.

3 Maria De Brito«Le souterrain, c’est la solution. Mais j’appréhende les travaux. Lors de la construction du tunnel, des commerçants avaient perdu des clients. J’ai déjà aussi perdu à cause de la suppression de l’arrêt de bus.»

Maria De Brito, Pressing Vasanet

Photo: Joëlle Misson
Photos: Joëlle Misson

« La suppression de l’arrêt de bus bloque un peu les affaires car les gens doivent faire un grand détour pour venir, ou ne viennent pas. Il y a beaucoup de personnes âgées dans le quartier et cela les pénalise. » Ozgur Faik, café Le Corner

Publicités