ECHALLENS – Marco Geiselmann a été élu à la présidence de l’Association La Caza le 17 septembre. Motivé, il espère pouvoir donner un nouveau souffle à la maison des jeunes.

PUBLIE DANS LE LAUSANNE CITES, 30 SEPTEMBRE 2015, PAR JOELLE MISSON

Il y a quelques mois, le bilan des démissions et des fréquentations au sein de la maison des jeunes à Echallens laissait présager le pire. Werner Blum, municipal en charge de la jeunesse à Echallens, l’avait clairement laissé entendre : si personne ne s’impliquait afin de redonner vie à La Caza, il faudrait mettre la clé sous la porte. Lors de l’assemblée générale de juin, les membres s’étaient catégoriquement opposés à la fermeture du lieu, arguant qu’il était important de continuer à proposer une activité. Oui mais comment, sans animateurs et sans président ?

Nouveau président
Aujourd’hui, le ciel semble s’éclaircir pour la maison des jeunes. Le 17 septembre, Marco Geiselmann a été élu à la présidence de l’association après s’être lui-même présenté. C’est grâce à sa femme, entrée dans le comité en juin en tant que secrétaire de l’association, que Marco Geiselmann a pris à cœur la cause de La Caza. Papa d’une famille recomposée de six enfants, il se sent particulièrement concerné. « Je pense qu’il est essentiel pour les jeunes d’avoir un lieu de rencontre à disposition, et c’est un avantage pour Echallens de proposer ce genre de services. J’espère apporter un peu de fraîcheur dans le comité pour que l’association perdure.»

Que l’association perdure. C’est bien l’objectif principal pour lequel le comité s’est donné une petite année. Première étape : engager une animatrice à mi-temps. Quatre candidats ont déjà été retenus et seront auditionnés d’ici les vacances scolaires. La réouverture de la Caza est prévue pour la rentrée d’automne.

Des solutions exploratoires
Ensuite, il s’agira de demander l’avis aux premiers concernés : les jeunes entre 12 et 18 ans. Mais Marco Geiselmann ne ferme pas la porte à des idées plus novatrices comme celle d’élargir le public cible de la Caza pour en faire une sorte de maison de quartier. « C’est exploratoire mais c’est le but de ces prochains mois : trouver de nouvelles idées pour faire revivre la Caza et montrer qu’il y a toujours un engouement pour cette maison des jeunes.»

Cette période passée, si la fréquentation reste trop basse comparé à l’investissement fourni, il n’y aura certainement plus de porte de secours, estime Werner Blum. Mais c’est l’avenir qui le dira. En attendant, le nouveau président entend bien prendre soin de la jeunesse d’Echallens et lui permettre, à l’ère de Facebook, de « créer des liens grâce à un contact direct».

 

 

Publicités