Le documentaire «Fragments du paradis» interroge des personnes âgées sur la vie après la mort.

Fragments-du-paradis
Un extrait du documentaire Fragments du paradis, de Stéphane Goël
PUBLIE DANS LE CHRISTIANISME AUJOURD'HUI, SEPTEMBRE 2015, PAR JOELLE MISSON

«Je n’existerai plus, tout simplement. Je serai du carbone, de l’hydrogène, de l’azote… sans âme». «J’ai l’impression que je me sentirai comme lors d’un orgasme, peut-être pas tout le temps, mais souvent… » «Les morts en Christ ressusciteront en premier puis ensuite les vivants…» «Le paradis va être pour tout le monde, si seulement on comprenait cela maintenant, au lieu de s’entretuer» Ces citations sont toutes des réponses à une même question : Comment voyez-vous la « vie après la mort » ?

Cette question, le réalisateur suisse Stéphane Goël l’a posée à des personnes âgées et les a compilées dans son nouveau documentaire Fragments de paradis. Ce dernier a été présenté au Festival de Locarno le 9 août et sortira en salles début 2016. Du paradis pour tous, aux convictions chrétiennes de résurrection en passant par le néant, Stéphane Goël a recueilli les avis les plus divers.

Mais pourquoi le sujet du paradis ? « J’ai 50 ans et des parents qui vieillissent : je me rends compte que l’on est tôt ou tard confronté à la mort. Je me suis alors rendu compte que l’on avait été éduqué à avoir une représentation claire de la vie après la mort, alors qu’aujourd’hui, le dogme religieux est érodé, les certitudes aussi. Chacun bricole son propre paradis avec des idées différentes.»

Dans son documentaire, Stéphane Goël n’interroge ni théologiens, philosophes ou autres spécialistes mais se concentre sur la parole de « personnes lambda ». Il souhaitait quelque chose de simple, presque naïf, pas un discours intellectuel. «C’est une manière plutôt légère de discuter de la mort et une façon intéressante de parler de qui l’on est aujourd’hui et de notre rapport au spirituel, au sacré, au religieux.»

C’était également pour lui un moyen détourné d’aborder notre relation à l’autre et au bonheur. Il complète : « Pleins de films sur la mort ont déjà été réalisés. Je me suis dit : plutôt que de parler de mort et de souffrance, parlons du paradis, de l’enfer ou du rien : en bref, de ce qu’il y a après. » Un documentaire touchant et rigolo, qui ne manquera pas de susciter des questions ainsi que toute une gamme d’émotions.

Publicités