GROS-DE-VAUD – Jusqu’au 19 septembre, il sera possible d’admirer les œuvres de 42 artistes dans les lieux de culte du Gros-de-Vaud à l’occasion de l’exposition ArtEdifices. Un projet qui ne s’est pas déroulé sans obstacles.

_MG_4746(2)
Vincent Mercier, directeur de l’office du tourisme d’Echallens, Janine Lanfranconi, présidente de l’Espace culturel Assens et Monique Chambettaz, responsable des expositions. Photo: © Joëlle Misson
PUBLIE DANS LE LAUSANNE CITES, JUIN 2015, PAR JOELLE MISSON

Après trois ans de préparatifs, organisateurs et artistes peuvent enfin souffler. Dimanche, l’exposition ArtEdifices a officiellement débuté. Elle se poursuivra jusqu’au 19 septembre.

Si l’exposition a mis si longtemps à voir le jour c’est parce qu’il n’a pas été aisé de convaincre communes et paroisses. En effet, le concept d’ArtEdifices, importé de Bretagne, c’est l’exposition d’œuvres d’art contemporaines dans les églises du Gros-de-Vaud. « C’était nouveau pour les autorités, qui étaient un peu réticentes au départ. Ils se demandaient ce qui serait exposé», explique Janine Lanfranconi, présidente de l’Espace culturel Assens, l’organisateur de l’exposition avec l’Office du tourisme de la région d’Echallens.

Craintes et contraintes

Aujourd’hui, communes et paroisses sont satisfaits du travail présenté. Le jury a également permis d’apaiser les esprits. « Il était là pour s’assurer que rien de choquant ou de trop délicat ne serait exposé, car provoquer n’était pas du tout le but. » Et puis, lorsque cela implique le patrimoine, d’autres contraintes apparaissent: « Il est par exemple impossible de planter des clous dans plusieurs églises.»

Mais ici, pas d’œuvres religieuses, croix du Christ ou anges auréolés. D’ailleurs, aucune thématique n’était imposée. Pourtant « 80% des artistes ont travaillé en adéquation avec le lieu et ont proposé des œuvres qui se réfèrent à la spiritualité. »

Des œuvres sur mesure

Car la particularité d’ArtEdifices réside dans le fait que ces temples ne sont pas seulement des lieux d’exposition. Chaque artiste a choisi lui-même « son » église et a pensé son travail pour qu’il s’intègre dans l’architecture du lieu. «Dans le Gros-de-Vaud, nous trouvons de magnifiques églises dont beaucoup ne sont plus très fréquentées. Cette exposition, c’est une vraie occasion de découvrir le patrimoine bâti de la région », se réjouit Janine Lanfranconi.

Seuls deux lieux ne sont pas des églises : L’Espace culturel Assens et Le Turlet – un clocher qui servait historiquement à sonner les cloches pour le culte protestant – à Poliez-Pittet. Ce dernier, fermé et exigu, a d’emblée séduit Jeanne Schmid pour son œuvre intitulée Contre-plongée; une vidéo projetée au plafond de la bâtisse. Pour elle qui ne souhaitait pas exposer dans une église – elle l’avait déjà fait en 2012 dans celle d’Assens lors de l’exposition Rousseau en Pays de Vaud – le concept d’ArtEdifices lui a plu justement pour la personnalisation possible de l’espace architectural.

Les alémaniques conquis

En provenance de 11 cantons, les 42 artistes comptent une quinzaine d’alémaniques. Outre la vitrine que représente l’exposition, « beaucoup de Bâlois et Zürichois n’en revenaient pas de trouver de si petits villages et de si grandes étendues de champs ici. C’était une révélation pour eux et ils ont trouvé le cadre magnifique », témoigne Janine Lanfranconi. Plusieurs alémaniques ont même déjà réservé leurs vacances dans la région pour profiter de l’exposition.

Publicités