Le Canton et les communes vaudoises réfléchissent toujours à l’application de la loi sur l’accueil parascolaire. La cartographie disparate du Gros-de-Vaud rend complexe le processus dans ce district.

ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCELe moins que l’on puisse dire c’est que l’article de loi de la Constitution vaudoise sur l’accueil parascolaire des enfants donne du fil à retordre aux élus. Par exemple, doit-il obligatoirement y en avoir un dans toutes les communes sans exception ? Aucune obligation en ce sens selon Joséphine Byrne-Garelli, membre de la plateforme canton-communes chargée de réfléchir à l’application de la loi. «La cartographie du canton est tellement diverse que toutes les solutions doivent être possibles pour être au plus près des besoins.»

Nord et sud : pas les mêmes besoins
Dans le district, qui compte actuellement 37 communes, les différences entre nord et sud et les instabilités en matière de croissance démographique compliquent la tâche. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les communes rurales du nord du Gros-de-Vaud qui sont dans le plus grand besoin. «Les communes du sud, comme Cugy ou Froideville, sont des régions qui ont vécu une grosse évolution démographique. Les gens viennent de la ville avec des habitudes. C’est là qu’il y a la plus forte demande», explique Olivier Simon, directeur de l’EFAJE (Association pour l’accueil de jour des enfants du Gros-de-Vaud).

Pour la présidente de l’Union des communes vaudoises Claudine Wyssa, «les communes rurales s’arrangent plus en privé». L’affirmation paraît caricaturale mais vient corroborer les observations de l’EFAJE. L’association possède un réseau d’une centaine de mamans de jour dans tout le district. Selon son directeur, il semble en effet qu’on soit plus consommateur d’accueil familial au nord alors que le sud privilégie l’accueil collectif.

Quelques exigences
En plus, de la variété de l’offre de l’EFAJE, «Pour l’accueil d’enfants en âge préscolaire, nous voulons être sur le flux routier des parents: la plupart se déplacent vers le sud. Il est plus facile de remplir une unité d’accueil au Mont-sur-Lausanne qu’à Bercher.», observe Olivier Simon. Et installer une UAPE (unité d’accueil pour écoliers) dans une école nécessite quatre classes au minimum. Un chiffre non-atteint dans plusieurs écoles du Gros-de-Vaud dont la fermeture est d’ailleurs programmée prochainement (lire encadré).

 

Regroupement prévu pour les écoliers

Depuis le 1er janvier, l’ASIRE (Association scolaire intercommunale de la région d’Echallens qui regroupe 27 communes) est responsable du développement scolaire dans le Gros-de-Vaud. Dans leur «vision 2020», l’association planifie le regroupement des classes sur 19 sites (contre 36 actuellement) pour une meilleure organisation. Cela impliquera la fermeture de 17 classes d’ici à 2018. Pour le directeur de l’EFAJE, ce plan est une aubaine: il permet de distinguer clairement où se concentreront les besoins en matière d’unités d’accueil ces prochaines années.

20141002 LAUSANNE CITES Le parascolaire inquiète

Joëlle Misson

Paru dans le Lausanne Cités du 1er octobre 2014

Publicités